Du bonheur

Voici le sujet de notre première discussion à visée philosophique et, selon moi, la plus belle preuve de l’intérêt de développer notre esprit critique grâce à la philosophie.

Alors que les livres, les applications, les conférences… se multiplient pour nous mener sur la voie du bonheur, la philosophie, depuis l’Antiquité, en a fait son but.

Bien sûr, des philosophes comme Kant ou Schopenhauer ont dépeint la recherche du bonheur comme un travail dur et austère, nécessitant une grande discipline. Cependant, tous, je pense, s’accordent sur le fait qu’une bonne connaissance de ce qui est bon et nécessaire pour nous est le premier pas. Ensuite, qu’il faut apprendre à savourer ce qui nous est nécessaire et ne plus désirer ce qui l’est moins ou pas, même si cela nous apporte des plaisirs fugaces.

Il semble alors qu’il devait être plus facile d’atteindre le bonheur dans l’antiquité, lorsque les hommes n’étaient pas submergés par des informations ou des objets superflus. Pourtant, Épicure (341 – 270 av J.C.) avait déjà classé les désirs en 3 catégories :

  • les désirs naturels et nécessaires
  • les désirs naturels non nécessaires
  • les désirs non naturels et non nécessaires

Si les premiers sont faciles à trouver et vitaux, nous pouvons nous passer des suivants, voire les éviter pour les derniers. Donc cela signifie que les contemporains d’Épicure devaient être soumis à des sollicitations séduisantes mais superflues.

Faisons un saut dans le temps pour retrouver le petit cadeau caché dans le baril de lessive ou, encore aujourd’hui, le jouet dans l’œuf en plastique. la lessive lavait-elle mieux? Le chocolat est-il bon? Nous oublions parfois l’objet principal au profit du petit plaisir que procure la surprise de découvrir le « cadeau ». Aujourd’hui nous découvrons des informations alarmantes sur les méfaits de la surproduction du plastique. Ces petites surprises ont maintenant un goût amer.

Nos sens sont tellement sollicités que nous en oublions l’essentiel; reconnaître ce que nous avons et dont nous avons besoin et ne plus nous laisser séduire par des plaisirs éphémères. Donc, pour être heureux, cherchons à nous connaître et à faire ce qui est le mieux pour nous, nous disent les philosophes. Cela semble bien égoïste.

Pourtant, selon Spinoza ou Montaigne, il n’en est rien. Dans l’Éthique, Spinoza nous dit:

« Quand chaque homme cherche le plus ce qui lui est utile à lui-même, alors les hommes sont le plus utiles les uns aux autres. »

Notre bonheur est contagieux car si nous respectons nos besoins naturels, qui sont certainement très semblables aux besoins des autres, nous aurons une vie plus vertueuse donc meilleure pour tous. Pour la Nature également comme je pense en avoir la confirmation dans le dernier livre de Satish Kumar que je viens de commencer.

En conclusion, pourquoi commencer par ce thème? Il démontre tout l’intérêt de développer l’esprit critique pour ne pas être les esclaves des informations et des sollicitations qui abondent. S’entrainer à raisonner pour définir ce qui est bon pour nous, et ainsi pour tous. Alors suivons le grand philosophe Baloo

index