Les fruits du week-end.

Certains fruits nourrissent l’esprit et j’ai eu le plaisir de faire une belle récolte ce week-end.

J’ai commencé samedi à la médiathèque Livre y média à St Père en Retz. Sébastien m’a invité à animer des discussions à partir de livres de la médiathèque, pour les enfants et leurs parents.

Nous étions donc bien entourés pour discuter des thèmes cachés dans les Contes d’Orient de Jihad Darwiche.

Qu’est ce que la famille? Aujourd’hui, hier, est-ce la même? Le lion est plus fort que la souris qui pourtant le sauve, qu’est-ce que la valeur? Le chameau à problème et un ami renard qui lui propose une solution, qu’est-ce que penser?…

Bien-sûr nous ne pouvons pas aller au bout de nos idées, de notre réflexion en un temps aussi court mais j’espère que le dialogue s’est poursuivi dans les foyers et que tous auront envie d’échanger sur les prochains thèmes qu’ils découvriront dans leurs lectures.

Hier, dimanche, j’étais à la fête de la Ranjonnière (ferme pédagogique), à Bouguenais pour un dialogue entre enfants et adultes autour de l’homme et la nature.

La marche aidant à réfléchir, nous nous sommes promenés dans ce beau jardin, entre aéroport, boulevard périphérique et usines, qui illustrait parfaitement notre propos.

Qu’est-ce que la nature? Lorsqu’on prend le temps d’y réfléchir en étant au milieu de cette végétation luxuriante on ne peut s’empêcher d’être admiratifs mais aussi inquiets et dubitatifs quant à la place et au rôle de l’homme.

Sénèque disait  » La véritable sagesse consiste à ne pas s’écarter de la nature, mais à mouler notre conduite sur ses lois et son modèle.  »

Après cette journée à la ferme, je suis heureuse d’avoir rencontré autant de personnes qui en soient convaincues.

La solidarité

Depuis le mois de novembre, je co-anime avec Christelle des ateliers à la médiathèque de la Plaine sur Mer, des dimanches matin. Ma collègue et moi avons choisi de traiter un sujet par période de trois séances avec les enfants. Lors de la première séance, nous présentons un support, dans le cas présent il s’agissait d’un court métrage, puis les enfants nous font la liste des différents thèmes qu’ils y ont vu avant de voter pour celui qu’ils garderont pour les séances suivantes.

Nous venons donc de terminer un cycle sur la solidarité.

Mais qu’est ce que cela représente pour un enfant? Dans leur univers proche, ils ont commencé par évoquer la solidarité entre camarades de classe, dans le cadre familiale, avec des voisins. Très vite est apparu le dilemme du camarade qu’on n’aime pas. Pouvons nous être solidaires d’une personne qu’on n’aime pas ou qu’on ne connaît pas? Il a alors fallu réfléchir aux différentes situations où nous sommes solidaires, lorsque nous donnons nos vêtements trop petits ou nos jouets à une association qui les distribue à des personnes qui en ont besoin par exemple. Donc nous ne connaissons pas toujours les personnes avec lesquels nous avons été solidaires.

Finalement, les enfants ont considéré que nous sommes tous solidaires les uns des autres parce que nous avons tous besoin les uns des autres. « Être solidaire est le contraire d’être solitaire » « Nous avons besoin les uns des autres et aussi d’égalité »

Voilà des mots qui me font du bien.

Pour finir, les enfants ont préparé une affiche pour partager leurs ateliers avec les lecteurs de la médiathèque

La solidarité des petits philosophes

Prochains rendez-vous les 3, 17 et 31 mars. Quel sujet choisirez-vous?

Quand Baloo inspire les enfants

La véritable sagesse consiste à ne pas s’écarter de la nature, mais à mouler notre conduite sur ses lois et son modèle.

Sénèque

Hier, nous animions, ma collègue Christelle et moi, la première séance avec les enfants à la médiathèque de la Plaine sur mer.

Cet atelier regroupe des enfants de 5 à 12 ans. Puisque nous allons nous retrouver régulièrement, cette première rencontre était consacrée à faire connaissance, découvrir ce qu’est une discussion à visée philosophique, pratiquer un temps de pleine conscience et choisir notre sujet de discussion à partir de la vidéo de Baloo chantant combien il en faut peu pour être heureux.

Nous avions visionné cette vidéo avec attention afin de trouver le plus de thèmes possible, le premier venant à notre esprit étant le bonheur. L’écoute de cette chanson mais tout le monde en joie, nous nous attendions donc à cette évidence… pour nous.

Or, les enfants nous étonnerons toujours (quand on se donne la peine de les laisser s’exprimer et de les écouter ce qui est notre tâche!). Donc, Baloo est heureux certes, mais c’est parce que la nature lui offre tout ce dont il a besoin.

Conclusion, après un vote en bonne et due forme, nous réfléchirons à cette belle Nature la semaine prochaine.

Voilà une pensée que nous devrions mettre au centre de nos vies, « il faut se satisfaire du nécessaire… ». Une de mes dernières lectures développe cette idée de retour à l’essentiel, elle est soutenue par Satish Kumar dans son dernier livre « Pour une écologie spirituelle » 

L’auteur y présente sa vision d’un respect de la Nature,donc incluant l’humain, tiré, en grande part, de la philosophie hindouiste ainsi que les idées de son ami, l’économiste  Ernst Friedrich Schumacher, qu’il avait lui-même développé dans « Small is beautifull ».

Je suis donc heureuse et curieuse d’écouter les enfants dimanche prochain…

 

Un atelier pour les parents à la médiathèque de la Plaine sur mer

« Même jeune, on ne doit pas hésiter à philosopher. Ni, même au seuil de la vieillesse, se fatiguer de l’exercice philosophique. Il n’est jamais trop tôt, qui que l’on soit, ni trop tard pour l’assainissement de l’âme. Tel, qui dit que l’heure de philosopher n’est pas venue ou qu’elle est déjà passée, ressemble à qui dirait que pour le bonheur, l’heure n’est pas venue ou qu’elle n’est plus. Sont donc appelés à philosopher le jeune comme le vieux. Le second pour que, vieillissant, il reste jeune en biens par l’esprit de gratitude à l’égard du passé. Le premier pour que jeune, il soit aussi un ancien par son sang-froid à l’égard de l’avenir. En définitive, on doit donc se préoccuper de ce qui crée le bonheur, sil est vrai qu’avec lui nous possédons tout, et que sans lui nous faisons tout pour l’obtenir. »

Épicure, Lettre à Ménécée

La discussion à visée philosophique à la médiathèque

Le vendredi 28 septembre 2018

à la médiathèque Joseph Rousse de la Plaine sur Mer

nous accueillerons les parents pour leur faire vivre un atelier tel qu’il sera proposé aux enfants à partir de début novembre.

Nous avons cherché comment expliquer, donner envie, aux enfants de venir. Souvent, les parents inscrivent leurs enfants car ils pensent que cela sera intéressant. Mais nous voulions qu’ils sachent vraiment en quoi consistent nos ateliers. Nous avons donc pensé que la meilleur solution était d’en vivre un.

J’ai donc hâte de vivre cette soirée, d’autant plus que je vais la partager avec une autre animatrice; Christelle Croix. Nous nous étions déjà croisées, dans des bibliothèques, avant de nous retrouver le premier jour du parcours SEVE. Nous avons souvent échangé pendant cette période et nous avons constaté que nous aimions travailler ensemble. Nos parcours sont complémentaires, une richesse que nous aimons partager. Et cette co-animation nécessite, de notre part,  un travail commun et des qualités de communication cohérents avec ce que nous attendons des enfants. Donc, beaucoup de plaisir à venir.

L’annonce sera bientôt sur le site de la médiathèque ainsi qu’un questionnaire pour nous aider dans l’organisation des ateliers pour les enfants: http://mediatheque.laplainesurmer.fr/index

A bientôt pour cette première rencontre en bord de mer.