Doit-on se débarrasser de toute source de polémique?

En préparant les Lettres de mon Moulin pour Mobidys, je remarquais que les nouvelles racontant des scènes qu’Alphonse Daudet avait observées en Algérie nécessitent d’être situées dans le contexte de l’époque pour éviter certaines critiques. Cela m’a rappelé la lecture de cet article: Les stéréotypes dans les ballets classiques : témoignages du passé ou clichés encombrants ? quelques temps avant ainsi que la controverse autour de certains albums de Tintin.

Il serait intéressant de se demander ce qu’est un sujet polémique.

Voici la définition qu’en donne le site CNRTL :

« Subst. fém. Discussion, débat, controverse qui traduit de façon violente ou passionnée, et le plus souvent par écrit, des opinions contraires sur toutes espèces de sujets (politique, scientifique, littéraire, religieux, etc.); genre dont relèvent ces discussions. »

Donc, un sujet polémique est un sujet qui fait naître un débat passionné. Dans les cas que je viens de citer, il s’agit de livres ou de ballets qui était tout à fait corrects à l’époque où ils ont été créés mais qui, aujourd’hui, nous apparaissent comme odieux, irrespectueux, sexistes, racistes…

Que s’est-il passé ? L’homme a évolué très rapidement en un temps très court proportionnellement à la vie de la Terre mais aussi à la vie humaine. Imaginez mes grands-parents nés au tout début du 20ème siècle. Ils n’ont jamais vu un ordinateur, à leur mort le téléphone avait encore un fil ! Tout a changé à une vitesse enivrante et nous nous sommes grisés de fierté d’être capable d’une telle évolution sans prendre le temps d’analyser ce que nous faisions. Voire même, sans prendre le temps de comprendre, de nous adapter.

Une partie des Sapiens (cf Yuval Noah Harari) s’est aussi crue supérieure aux autres vivants mais également aux autres sapiens qui n’étaient pas comme lui. Il en existe encore aujourd’hui quelques spécimens. Donc certains humains ont eu des comportements odieux vis à vis d’autres humains au cours de notre histoire en considérant cela tout à fait normal jusqu’à ce que des penseurs fassent évoluer les mentalités.

J’en déduis que notre société est le résultat de nos erreurs passées. Comme toute erreur, pour que nous puissions en tirer une leçon, nous devons les connaître. Alors apprécions ces sujets polémiques à leur juste valeur et formons-nous plutôt à l’art de la discussion, du débat, du disputatio, pour écouter, comprendre, échanger des idées, y compris des idées opposées aux nôtres pour évoluer un peu en sagesse.

A ce sujet, je vous recommande la lecture du numéro 314 du 1 ainsi que L’Art d’avoir toujours raison d’Arthur Schopenhauer.

Restez en éveil

Portrait photograph of Arthur Schopenhauer by Johann Schäfer, 1859

Pourquoi participer à un atelier philo?

Ciel sur Loire

Samedi matin, je participais au forum des associations organisé par une commune voisine. J’y présentais les ateliers proposés par l’association Écoute et Partage dont l’objectif est de permettre à des intervenants développant des activités liées au « bien-être » d’intervenir dans notre petite commune. Il y a donc du yoga, de la méditation, de la sophrologie, du feng-shui, de la psycho-magie et… de la philo avec les jeunes.

Que viennent donc faire les ateliers philo au milieu de ces activités pensez-vous peut-être? Alors réfléchissons au déroulement d’un atelier et à ses objectifs. Nous nous réunissons pour dialoguer autour d’un sujet que nous choisissons ensemble ou que nous acceptons volontiers.

Nous construisons un cadre ensemble afin de nous assurer que nous sommes tous d’accord pour que notre atelier se déroule dans la bienveillance, les uns envers les autres.

Nous échangeons différents arguments non pas pour faire du prosélytisme mais, au contraire, pour s’enrichir de toutes les facettes d’une idée et s’en enrichir, nous formons une communauté de recherche.

Nous réfléchissons ensemble à nous et au monde dans lequel nous vivons et l’accueil qui est fait à la parole de chacun la rend précieuse, tout comme celui qui l’a délivrée.

En conséquence, les participants, à force d’être écouté, de s’enrichir, développent leur habileté de penser mais aussi leur estime d’eux-même.

Le développement de l’esprit critique permet aussi aux jeunes d’être plus vigilants face aux informations qu’ils reçoivent, face à la propagande en tout genre à laquelle ils sont confrontés de leurs écrans aux affichages dans les rues ou aux discours mercantiles, politiques ou religieux.

Ajoutons à cela le petit temps de méditation qui nous permet de nous concentrer sur ce temps que nous allons partager. Cette concentration que nous maltraitons devant nos écrans et que nous avons besoin de retrouver pour être conscient de notre réflexion mais aussi de ce que nous ressentons, ce plaisir du partage et de l’enrichissement personnel.

En résumé; notre atelier permet au participants de développer leur écoute, leur bienveillance, leur ouverture d’esprit, la richesse de la différence, la liberté de s’exprimer, l’esprit critique…. l’estime de soi. Alors oui, les ateliers philo forment des citoyens conscients qui ont les outils pour tendre vers un bien-être.

Maintenant, j’espère que vous n’hésitez plus à proposer à vos enfants de venir découvrir les ateliers philo. Voici donc mes prochaines dates, pensez à vous inscrire :

  • A la médiathèque de la Plaine sur Mer, avec Christelle Croix, une fois par mois. Premier atelier le mercredi 11 septembre à 16h30. Inscrivez-vous à la médiathèque avant le 9 septembre
  • A la médiathèque de St Père en Retz, le samedi 14 septembre à 10h30, pour adolescents et adultes. Inscription à la médiathèque : 02 40 21 78 27 ou mediatheque@saintpereenretz.fr
  • A Frossay, avec l’association Écoute et Partage, je vous propose un rendez-vous hebdomadaire. 10H30-11H30 pour les 6/10 ans puis, 14H30-15H30 pour les 11/14 ans . Contactez-moi pour vous inscrire, les premiers ateliers auront lieu le mercredi 18 septembre.
  • A partir du 14 octobre, je retrouverai les Int’Enfantastiques pour un atelier mensuel avec une nouveauté puisque nous avons ajouté un atelier pour les enfants après l’école. Vous trouverez toutes les informations sur ce document
  • Je vous inviterai aussi à des ateliers ponctuels, comme à « la p’tite quinzaine parentalité » organisée par le CSC Loire et Seil à Rezé du 9 au 18 octobre ou au Cinéjade de St Brévin le 16 novembre.

Réservez vos places en envoyant un mail à chouettephilosophe@gmail.com A bientôt,