Quand Baloo inspire les enfants

La véritable sagesse consiste à ne pas s’écarter de la nature, mais à mouler notre conduite sur ses lois et son modèle.

Sénèque

Hier, nous animions, ma collègue Christelle et moi, la première séance avec les enfants à la médiathèque de la Plaine sur mer.

Cet atelier regroupe des enfants de 5 à 12 ans. Puisque nous allons nous retrouver régulièrement, cette première rencontre était consacrée à faire connaissance, découvrir ce qu’est une discussion à visée philosophique, pratiquer un temps de pleine conscience et choisir notre sujet de discussion à partir de la vidéo de Baloo chantant combien il en faut peu pour être heureux.

Nous avions visionné cette vidéo avec attention afin de trouver le plus de thèmes possible, le premier venant à notre esprit étant le bonheur. L’écoute de cette chanson mais tout le monde en joie, nous nous attendions donc à cette évidence… pour nous.

Or, les enfants nous étonnerons toujours (quand on se donne la peine de les laisser s’exprimer et de les écouter ce qui est notre tâche!). Donc, Baloo est heureux certes, mais c’est parce que la nature lui offre tout ce dont il a besoin.

Conclusion, après un vote en bonne et due forme, nous réfléchirons à cette belle Nature la semaine prochaine.

Voilà une pensée que nous devrions mettre au centre de nos vies, « il faut se satisfaire du nécessaire… ». Une de mes dernières lectures développe cette idée de retour à l’essentiel, elle est soutenue par Satish Kumar dans son dernier livre « Pour une écologie spirituelle » 

L’auteur y présente sa vision d’un respect de la Nature,donc incluant l’humain, tiré, en grande part, de la philosophie hindouiste ainsi que les idées de son ami, l’économiste  Ernst Friedrich Schumacher, qu’il avait lui-même développé dans « Small is beautifull ».

Je suis donc heureuse et curieuse d’écouter les enfants dimanche prochain…